TRANSMISSION # 41

Auditrices, auditeurs

A l’heure où nous écrivons ces lignes, l’Amérique à enfin son président. Pourtant, le pays, sous-tension, craint des affrontements entre démocrates et républicains. Les uns et les autres protestent dans la rue, en bandes parfois armées de tout un arsenal. Des grillages protègent les commerces, les bureaux de votes sont cibles d’insultes et de menaces, la population retient son souffle. Dans l’atmosphère, plane le spectre d’une guerre civile.

De tensions politiques et d’affrontements idéologiques, il en sera également question dans deux de nos films au programme : tout d’abord dans le magistral documentaire Un pays qui se tient sage de David Dufresne. L’écrivain et journaliste interroge les violences policières et les diverses formes de répressions mises en œuvre pour éteindre la révolte des gilets jaunes. En résulte une œuvre brillante, à voir de toute urgence.

Viendra ensuite une pause – entre guillemets et sans condescendance – « divertissement » avec Le diable, tout le temps. Réalisé par Antonio Campos pour la plus célèbre des plateformes de streaming et adapté du roman de Donald Ray Pollock, ce thriller sombre se révèle parfait comme transition avant de replonger dans les émeutes, américaines, cette fois. Car après Paris et l’Ohio, nous nous rendons dans l’Illinois, à Chicago plus précisément, pour The trial of the Chicago 7. Après Molly’s game (2017), Aaron Sorkin s’attarde sur le procès qui a vu certaines figures démocrates accusées de « conspirations et incitations à la révolte » à la suite du rassemblement de 1968 qui tourna au vinaigre puisque, là encore, les forces de l’ordre firent « usage de la force ». Aidé par un casting impeccable, le film vient apporter une clarté nécessaire et insuffler un humanisme dont nous avons bien besoin dans cette période confuse.

Violences et tensions, intimidations et provocations, il suffit d’allumer sa télévision aujourd’hui pour voir que rien n’a vraiment changé, au pays de l’oncle Sam ou ailleurs. Heureusement et à toute époque, des cinéastes se sont emparés (et s’emparent toujours) de sujets brûlants pour y apporter un regard pertinent et vital. Plus que jamais nous avons besoin de ces films fait d’urgence et de feu, de bruit et de fureur.

Que vive ce cinéma là!

ps: il est à noter que deux des œuvres au programme, les deux dernières citées, sont visibles sur Netflix. Bon visionnage et bonne écoute.

Twitter Facebook Instagram Spotify PodCloud iTunes Youtube

00:00 : Intro
O1:54 : Un pays qui se tient sage de David Dufresne 
14:20 : Le diable, tout le temps de Antonio Campos 
23:20 : The trial of the  Chicago Seven de Aaron Sorkin
38:31 : Conseils 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Abonnez-vous à la newsletter

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Suivez-NOUS sur Twitter