BREAKDOWN: ESPÈCE DISPARUE

BREAKDOWN de Jonathan Mostow (1997)

Les sympathiques Sleeper Hits ou en français « succès inattendus» sont des produits de divertissement dont les distributeurs pensaient qu’il n’allaient pas devenir des succès mais qui le deviennent finalement, en général graduellement.

Si l’été 2022 a été marqué par un beau spécimen (Everything, everywhere, all at once des Daniels) les années 90 en ont connu de sublimes exemples jusqu’à l’apothéose de 1999 (Matrix des Wachowski’s, Sixième Sens de M.Night Shyamalan, La Momie de Stephen Sommers). Sleeper hit de 1997, Breakdown de Jonathan Mostow représente aussi et malheureusement un type de film lui bel et bien disparu : les « films du milieu ». Soit financés grâce à un budget modeste, sur un script non puisé dans une source identifiée du public, mettant en scène un acteur (re)connu sans être véritablement bankable (Kurt Russell) et qui repousse au maximum sa grande scène d’action en fin de métrage pour privilégier une écriture ciselée autour d’une montée de suspense quasi imparable.

Contemporains nostalgiques de ce temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, l’équipe de Transmission braque aujourd’hui son projecteur sur ce film qui vient de reparaître en BluRay aux éditions Paramount et dont le succès (et les camions), expliqueront en partie le choix de Jonathan Mostow aux manettes de la première suite hors James Cameron qu’a connu la franchise Terminator au début des années 2000.

Rendez-vous début octobre pour une émission d’actu et d’ici là bonne écoute à toutes et à tous !

Retrouvez nous et partagez nous sur vos réseaux préférés :
Twitter – Facebook – Instagram 
et sur toutes vos applis
Google Podcast – Podcast Addict – PodCloud – Spotify – iTunes – Youtube

Retrouvez ici tous nos épisodes RETRO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Close

Abonnez-vous à la newsletter

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Suivez-NOUS sur Twitter